Art de rêver 2013 web

Chronique - Octobre 2014

LES CAUCHEMARS - Dormir du sommeil du juste, voilà le désir de chacun. Cependant, il arrive parfois qu’on aimerait mieux ne pas s’être endormi à cause de la venue d’un cauchemar.

Le mauvais rêve vient obscurcir le plaisir de dormir. Une scène de poursuite sans fin, une image terrible qui nous fait crier d’horreur, une situation triste qui génère un torrent de larmes. Ces scénarios émergent de notre conscience endormie et créent une angoisse intérieure désagréable. On s’éveille en sueur et le cœur bat la chamade.

Va-t-on se rendormir et affronter à nouveau le mauvais rêve ? Comment l’analyser ? À quoi sert-il ? Les rêves désagréables ou angoissants nous visitent régulièrement. Ils sont un signal d’alarme pour nous informer que quelque chose ne va pas : une peur à neutraliser, une attitude à changer, un geste à poser.

Différentes fonctions sont à l’origine de la manifestation des mauvais rêves. Parmi celles-ci en voici 5 qui vous aideront à comprendre l’utilité des cauchemars :
- Refléter: pour mettre en lumière une angoisse intérieure importante à neutraliser comme la crainte de manquer d’argent.
- Avertir: pour nous indiquer un danger potentiel pour mieux y faire face comme la trahison d’un collègue qui nous en veut.
- Évacuer: pour faire sortir une peur afin de s’en dégager comme la peur de régler un conflit amoureux.
- Informer: pour nous révéler un potentiel nouveau en vainquant une situation périlleuse comme celle de parler en public.
- Pratiquer: pour expérimenter différentes alternatives devant un défi difficile comme apprendre un nouveau sport.

La confiance en nos capacités illimitées est essentielle pour surmonter le cauchemar et le comprendre. Voici 3 étapes pour travailler un cauchemar. La première étape consiste à visualiser une fin agréable à la scène précédemment vue en rêve. L’imagination active va alors refaire le scénario avec une scène finale positive dans le but de désamorcer le sentiment négatif généré par le cauchemar.

Pour la deuxième étape, nous devons faire un lien entre le scénario de rêve et les événements de la journée. Y a-t-il une préoccupation qui me tourmente, un doute qui me tenaille ou une attente qui m’angoisse ? Quelle situation de jour pourrait justifier le cauchemar? Par l’intuition, nous avons généralement la possibilité de retracer le lien important. Aussitôt compris, le cauchemar n’a plus sa raison d’être. On peut alors retourner dans le sommeil avec la certitude que si la prise de conscience a été juste, le scénario va se modifier sinon, il faudra reconsidérer une autre piste d’analyse.

Nous devons être reconnaissants à nos rêves de nous informer de tout danger potentiel, d’un mauvais choix en perspective ou d’un changement à venir. Sous la forme de cauchemar, nous ne risquons pas d’oublier les images et on peut ainsi les analyser pour en saisir le message important.

Cours sur Internet: Formation en ligne Art de rêver 
pour mieux comprendre et utiliser vos rêves

Durée: 7 heures de vidéos à suivre chez vous.
Spécial à 50% du prix régulier pour un temps limité. Coût: 69.97$ (rég.: 139.97$)
Cliquez ici pour démo

Cours par correspondance Comment devenir un rêveur actif
– 10 sessions individuelles supervisées avec une enseignante certifiée
Incluant:
– Livre: L’Art de rêver (Éd. Flammarion)
– Cahier: Journal de rêves (Éd. de l’Homme)
DVD: Comment décoder vos rêves DVD
– Le document de formation (35 pages)
Cliquez ici pour détails

Montréal: 4e Colloque IASD Montréal
Journée de conférences et d’ateliers sur les rêves
– Date: 1er novembre 2014 de 9h à 17h
– Lieu: Collège de Maisonneuve, 3800 Sherbrooke Est, Montréal
Inscription ici